Sunday, 20 January 2013

Comment survivre à l'hiver finlandais ?

En ce beau mois de janvier, les températures ont soudain plongé, non seulement en Finlande, mais aussi dans une bonne partie de l'Europe. La grosse différence, c'est qu'un -10° rend les "continentaux" hystériques, les Finlandais ne se retournent même pas sur un -20° en journée : ils y ont droit presque tous les ans.  Alors, moi qui suis passée d'un régime à l'autre, je vous révèle en exclusivité les trucs qui font que les Finlandais, ces êtres humains comme les autres, survivent à des températures négatives qui vous semblent inimaginables !

Petite précision pour commencer : j'habite dans le sud de la Finlande, un pays qui s'étend en longueur jusqu'au-delà du cercle polaire. Ici, les différentes villes ont des climats différents, et la région du sud est épargnée par les températures extrêmes que l'on trouve dans le nord - jusqu'à -50°.  J'ignore comment on survit à ça. Je vous parle de mon expérience de "sudiste", et le pire que j'aie eu à affronter, c'est du -25°. Ce qui est déjà pas mal.

Autre précision importante : non, on ne s'habitue pas à ce genre de climat. Comme partout, les gens sont plus ou moins frileux, mais personne ne se ballade en t-shirt en hiver. Les Finlandais ne sont pas des surhommes : ils adaptent leur mode de vie. Moi-même, je suis particulièrement frileuse - j'ai souvent eu très froid en hiver quand j'habitais encore Belgique (ou quand j'y retourne). Et pourtant, je survis ici. C'est donc qu'il y a un truc, ou plutôt, des trucs.  C'est ce qui fera l'objet du billet d'aujourd'hui.





1. Le climat à Helsinki


Non, il ne fait pas TOUJOURS froid à Helsinki : en été, les températures montent très régulièrement au-dessus de 20°. Mais l'hiver, ne nous le cachons pas, il fait plutôt froid. La température la plus basse qui ait été enregistrée ici, c'est -35°. 

Ceci dit, ça pourrait être pire. D'abord, le Gulf Stream réchauffe bien l'atmosphère, compte-tenu de la latitude à laquelle elle se trouve. En plus, en hiver, l'atmosphère y est beaucoup plus sèche qu'en Belgique par exemple, ce qui diminue la sensation de froid. Celle-ci est aussi influencée par le vent : Helsinki étant en bord de mer, ça a tendance à souffler, mais il est possible de se protéger.

En hiver, à Helsinki, le soleil peut être présent (plus il fait froid, plus il fait beau en général), mais pas longtemps : il se couche très tôt et se lève tard. Pendant plusieurs mois, le travailleur normal arrive au boulot quand il fait sombre et en repart alors que le soleil est déjà couché. En plus de ça, le soleil ne monte jamais très haut au-dessus de l'horizon, ses rayons sont rasants. Heureusement, la neige qui reflète la lumière compense un petit peu.


2. Première technique pour ne pas avoir trop froid : rester à l'intérieur.


Les Finlandais vivent avec le froid et beaucoup d'habitants du sud viennent en fait du nord, où ils ont depuis des générations l'expérience de la survie aux hivers longs et très rigoureux. La construction s'en ressent : les bâtiments sont bien mieux isolés que chez nous, avec, par exemple, des doubles fenêtres : un simple vitrage, un espace d'une dizaine de centimètres, puis un double vitrage, les deux vitres s'ouvrant séparément. Dans les maisons, les sas d'entrée sont aussi très répandus. 

Je n'ai pas assez d'informations pour généraliser, mais il me semble que le chauffage est moins cher qu'en Belgique - peut-être parce qu'il existe de nombreuses techniques de chauffage dont certaines très économiques (à l'eau à haute pression chauffée par les centrales électriques, à la pompe à chaleur électrique, à la chaleur terrestre, etc).  Alors qu'il est très courant en Belgique de faire des économies en coupant le chauffage pendant la nuit, c'est très très peu répandu par ici. Il faut dire qu'avec des températures largement négatives, couper le chauffage signifie prendre le risque de voir les canalisations geler pendant la nuit, ce qui pose de très graves problèmes.  

De façon générale, les maisons et appartements sont tous bien chauffés, bien mieux qu'en Belgique. Un Finlandais souhaite pouvoir se promener en t-shirt et pieds nus chez lui, quelle que soit la température dehors. En plus de ça, les bâtiments publics et les transports en commun sont également chauffés, et au centre-ville, il y a moyen de se déplacer sur d'assez longues distances en passant par des sous-terrains (chauffés).  Les centres commerciaux sont nombreux. 

En bref, quand il fait très froid, la première chose que font les Finlandais c'est d'éviter autant que possible de mettre le nez dehors, et quand il faut le faire, de limiter au maximum le temps à l'air libre. La vie est organisée en fonction de cela.


3. Deuxième technique : s'habiller chaudement


Voilà une recommandation qui tombe sous le sens : habillez-vous chaudement. Notez au passage que j'ai déjà eu bien froid par +10° en Belgique, en me disant "il ne fait pas très froid" et en ne me couvrant pas assez pour faire face au vent. Au moins, quand il fait -10°, on ne se pose pas la question.

Comment s'habiller pour avoir le plus chaud possible ?  Le mot d'ordre est simple : superposition. Plus il y a de couches, mieux c'est !  L'air entre les couches agit comme isolant. 

Parce exemple, en ce qui concerne le torse, au lieu d'un t-shirt et d'un gros pull, je mets un t-shirt à manches longues, un sous-pull en laine fin, et un pull par au-dessus. Pour le bas, je mets des bas-collant en nylon sous le jeans quand il fait -5°, que je remplace par des bas en laine quand il fait -10° ou par des des caleçons longs spéciaux (on en trouve dans les magasins de sport aux rayons "sports d'hiver") quand il fait -15° et en-dessous. Il faut juste prendre soin de choisir des vêtements dont la matière est agréable à porter ; se balader toute la journée avec un collant ou un sous-pull qui gratte, c'est un avant-goût de l'enfer. 

La veste d'hiver est aussi un point important, mais à ce niveau-là, il y a deux écoles : ceux qui souhaitent une veste très chaude qui leur permettra de ne pas devoir accumuler les couches en-dessous (très pratique car il suffit de la retirer une fois à l'intérieur pour être à bonne température), et ceux qui préfèrent les vestes "normales" et accumulent les épaisseurs de pulls. Les premiers devront se tourner vers quelques marques très sélectives, très très chères (mettez 300 à 500 euros facile), et pas particulièrement esthétiques. Les seconds trouveront leur bonheur parmi les marques que l'on trouve tout aussi bien en Belgique, mais devront être prêts à supporter le froid s'ils choisissent de passer un peu plus de temps dehors. Les plus chanceux tomberont sur une belle veste bien chaude à des prix abordables, par exemple dans les magasins de sport, mais il faut un peu de chance.

Au niveau des chaussures, là aussi le choix doit être judicieux, car elles devront pouvoir vous porter dans les pires conditions : le froid, la neige, le verglas, la neige fondue...  Il faut donc qu'elles soient confortables, étanches, suffisamment larges pour accueillir deux paires de chaussettes ("superpositions", vous vous souvenez ?), sans talons (ou alors il faut un vrai talent d'équilibriste sur glace) et la semelle doit adhérer un minimum au sol. Qui plus est, en Finlande, on retire ses chaussures en entrant dans les bâtiments privés, il faut donc pouvoir les enlever sans y passer des heures (à bas les lacets !).  Ca fait beaucoup de conditions, et il est souvent difficile d'y ajouter l'esthétisme. Qu'à cela ne tienne, les Finlandais ont trouvé la parade : ils gardent une paire de jolie chaussures au bureau et font le trajet sur des grosse bottes confortables parfois infâmes. J'ai un jour assisté à un mariage en hiver : toutes les femmes sont arrivées en bottes sous les robes, avec leurs escarpins dans leur sac, et ont fait l'échange sur place.  

Enfin, les accessoires ne doivent pas être négligés. Les gants, cela va sans dire : quand il fait très froid, je superpose une paire de gants très fins et une paire de gants épais et doublés, à moins qu'il ne s'agisse de moufles, moins pratiques mais encore plus chaudes.  Dans ces conditions, oubliez l'utilisation du smartphone en extérieur : retirer ses gants quand il fait très froid, c'est s'exposer à avoir les mains qui piquent douloureusement pendant plusieurs jours (j'ai essayé). Un autre accessoire auquel nous avons moins l'habitude de penser, nous les Belges, c'est le bonnet : indispensable, ne serait-ce que pour les oreilles. En arrivant ici, j'ai été épatée par la variété dans les types de bonnets existants, et les Finlandais arrivent à en faire un accessoire de mode plus qu'un bête cache-tête. Il suffit d'avoir l'attitude : je porte maintenant mon énorme pompon rose sans la moindre honte. Enfin, il y a l'écharpe ; je suis fragile de la gorge, alors je cumule col roulé, col haut de la veste et grosse écharpe nouée par au-dessus (beaucoup de Finlandais mettent l'écharpe au-dessus de la veste). L'écharpe peut aussi être remontée pour protéger le nez. 


Même pas froid ! 

En ce qui concerne les enfants, ici, ils sont tous au même tarif : combi de ski, carrément, dès leur plus jeune âge. Par au-dessus des vêtements "normaux" bien sûr.  C'est terriblement mignon. Par contre, je me suis longtemps demandée comment on arrivait à faire entrer un jeune enfant (disons, deux ans), tout gigotant, dans une telle combinaison. C'est parfois tellement difficile de leur enfiler une simple veste !  Puis j'ai eu droit à une démonstration : la maman a étendu la combi sur le sol, entièrement ouverte, a assis l'enfant au milieu, a enfilé d'abord les pieds, puis les bras, et il n'y avait plus qu'à remonter la tirette. CQFD. 

Un petit cochon réfléchissant sur ma veste
Dernier accessoire auquel il faut penser : l'objet ou la bande réfléchissant(e). En hiver, il fait tellement sombre que les voitures ne voient pas bien les piétons - d'autant plus que le soleil, quand il est là, est le plus souvent rasant et éblouissant pour les conducteurs.  La plupart des Finlandais ont leur petit objet réfléchissant accroché à un sac, une poche ou un manteau, ou bien une bande autour du bras. Mine de rien, ça peut sauver des vies, en Belgique aussi.


4. N'oubliez pas les cosmétiques 


Lors de mon premier hiver ici, j'ai vu de nombreuses femmes dans les transports en commun sortir leur petit tube de crème et s'enduire les mains. Je pensais qu'il s'agissait d'une drôle de coutume, mais quelques semaines après, j'ai compris la raison : avec le froid et l'air sec, la peau sèche. Il suffit de se laver les mains plusieurs fois par jour, et la peau se craquèle jusqu'à saigner (là aussi, j'en ai fait l'expérience). Ca dépend de chaque personne, évidemment, mais c'est un risque à ne pas négliger.

C'est d'ailleurs valable pour tout le corps : tout doit être régulièrement hydraté, sans quoi ça tire et ça gratte sous les vêtements. En ce qui me concerne, c'est le visage, les lèvres et les mains qui souffrent le plus. Heureusement, il y a des tas de crèmes variées pour y remédier, il suffit de trouver celle qui vous est le mieux adaptée. Comme les Finlandaises, je ne sors plus sans mon petit tube de crème pour les mains et mon tube de beurre de cacao et j'en remets régulièrement pendant la journée.  Même les cheveux y passent : j'ai ajouté un masque hydratant à chacun de mes shampoings, sans quoi mes cheveux deviennent secs et cassants. 


5. Vaincre le manque de lumière


On dit souvent que dans le nord, ce qui rend l'hiver difficile, ce n'est pas le froid mais l'absence de lumière. Je ne peux pas le nier : l'absence de lumière nous incite à ralentir le rythme, à moins sortir et à dormir beaucoup plus. En ce qui me concerne, j'ai aussi tendance à manger plus et à avoir des insomnies. Chez certains, ça peut aller jusqu'à provoquer des dépressions saisonnières. Ces effets sont directement liés au manque de luminosité et touchent chaque personne différemment. 

Parmi les astuces pour vaincre ce mal, il y a la luminothérapie, qui est l'exposition régulière à une lampe spéciale qui imite la lumière du soleil.  C'est efficace, paraît-il, surtout contre la fatigue. J'ai souvent songé à en acquérir une mais je ne l'ai jamais fait. Beaucoup de Finlandais font aussi des cures de vitamines en hiver (surtout vitamine D). J'ai essayé et je n'ai pas ressenti de grosse différence, mais il paraît que certains ne peuvent pas s'en passer (en tous cas, ça ne peut pas faire de mal).  Les Finlandais sont aussi les champions toute catégorie de la consommation de café, et on peut dire qu'en hiver, ça aide à tenir les yeux ouverts.

Mes "trucs" à moi concernent plutôt mon mode de vie. En été, ce qui me tient éveillée plus longtemps, c'est le plaisir de profiter d'une journée radieuse pour faire tout ce que le soleil me permet de faire. Alors j'ai décidé d'adopter le même état d'esprit en hiver : profiter de tout ce que cette saison peut apporter, de façon à avoir envie de se lever le matin à cause de toutes les belles choses qu'il y aura à faire. Quand j'en ai l'occasion, je sors marcher dans la neige (voire sur la mer gelée, une belle expérience) ou faire de la luge le plus souvent possible, c'est revigorant. Les sportifs apprécieront le patinage en extérieur, et un jour, je tenterai le ski de fond. Le matin, je prends le temps de regarder le lever du soleil, et le soir, son coucher.  Une fois le soleil couché et ma journée terminée, j'allume des bougies pour créer une ambiance qu'il est impossible d'avoir en été, quand le soleil va coucher après moi.  Et pour éviter au maximum l'insomnie, j'ai tout un rituel du soir : une boisson chaude et sucrée avant de se préparer à dormir, et puis de la lecture au lit.  Jusqu'à présent, ça a assez bien marché. 

Séance de patinage sur mer gelée


6. Les déplacements sur neige et verglas


A ce niveau-là, je vais vous décevoir : il n'y a pas de miracle. Les pneus neige (pas cloutés) sont obligatoires en hiver, ce qui fait une grosse différence pour les conducteurs. Mieux encore, la neige est déblayée rapidement car les services publics ont les ressources nécessaires pour le faire.  Les routes sont saupoudrées non pas de sel (qui n'agit plus sous une certaine température) mais de fin gravier qui s'incruste dans la glace et la rend moins glissante.  Ce qui n'empêche pas d'avoir de temps en temps des journées catastrophiques, quand par exemple il tombe une grande quantité de neige en une fois et que les autorités sont débordées.  Mais les Finlandais prennent ça avec d'autant plus de philosophie qu'ils y sont habitués.

A part ça, par rapport à la Belgique, il faut bien noter que les conditions sont du côté des Finlandais : il y a peu de côtes et la neige est plus sèche, plus poudreuse et finalement beaucoup moins glissante que la neige mouillée qui gèle la nuit à la quelle on a droit en Belgique. Elle est aussi suffisamment fréquente pour que les autorités publiques et les particuliers possèdent tous le matériel adéquat. J'ai conduit sur la neige en Finlande, en pleine tempête, sans trop de problèmes, tandis que j'ai eu la peur de ma vie sous quelques minuscules flocons belges.  Comme je l'ai déjà expliqué dans un autre article, les deux situations sont incomparables. 


Voilà, c'étaient les petits trucs et astuces des Finlandais pour survivre à un hiver qui est bien pire que notre hiver belge. Beaucoup de ces habitudes peuvent facilement être transposées n'importe où.  Je le répète, les nordiques sont des hommes comme les autres, tout aussi frileux que vous et moi. Maintenant que vous connaissez leurs petits secrets, vous aussi pourrez faire face à l'hiver comme des pros ! 



26 comments:

  1. Merci pour ce post! :D
    Je savais que l'hiver serait dur, mais pas a ce point! Je ne suis pas frileuse, j'adore la nuit et la neige et tout. Mais la... le manque de lumière ce fait ressentir méchamment!
    Après, pour ce qui est du froid, je passe juste 20 mins aller/retour pour aller au travail donc c'est pas si terrible! J'ai opté pour le pardessus, combinaison de ski! Plus pratique a enlevé quand j'arrive au boulot, qu'un collant! Aussi,on m'a fournit une doudoune super chaude... mais noire et orange fluo. J'ai pas pu me résoudre a la portée! C'est mon coté pouffe je pense! Du coup, je superpose!
    Je me souvient d'une soirée ou j'avais perdu le petit carton qu'on te donne dans les bars, pour récupéré ta veste. Du coup je suis rentrée chez moi avec une fine veste de costar sur le dos... a -20°! Quand je suis rentrée chez moi, j'étais sous le choc!

    Après pour ce qui est des activités, c'est pas évident quand il fait vraiment froid. Même bien habillée, 1h30/2h c'est assez pour moi!
    Du coup, je reste a la maison... le temps est long! Même si j'aime l'hiver, il me tarde d'en voir la fin! Je pense que c'est judicieux (et pour ceux qui ont les moyens) de partir en vacances, après les fêtes de noël! Parce que c'est vraiment triste maintenant que tout le monde a retiré les lumières aux fenêtres et tout!

    En attendant, je vais allez me faire une tasse de thé bien chaude! :D

    La bise!

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci Kiveen pour cette réponse ! C'est vrai qu'on ne peut pas rester longtemps dehors quand il fait trop froid, mais il ne fait pas toujours -20° non plus, heureusement :) Si c'est ta première année ici, tu vas te rendre compte que ça vaut presque la peine de passer l'hiver, rien que pour avoir le plaisir de revivre au printemps. Tout à coup, quelle énergie, et quel plaisir ! J'adore.

      Delete
  2. Merci, Nathalie, pour ce post très instructif!! Moi qui rêve d'aller vivre en Finlande...
    Déjà, rien qu'en Allemagne, la différence avec la France se fait sentir! (ne serais-ce que de passer du climat océanique breton au climat plus continentale de l'Oberberg! ^^).

    ReplyDelete
    Replies
    1. C'est vrai qu'en terme de kilomètres, quelques centaines font déjà une belle différence de climat en Europe !

      Delete
  3. Dans l'Est de la France on a déjà eu -20°C, il y a 2-3ans environ, même pas peur! Sauf qu'à l'époque je n'avais pas de bonnet (acheté depuis lors de mon voyage à Helsinki en 2011), et bien j'avais vite la tête qui me tournait. Sinon, pour tes insomnies, as-tu essayé de dormir sur le ventre? Dans 95% des cas cela marche pour moi (qui suis aussi du genre insomniaque), je m'endors dans le quart d'heure.

    ReplyDelete
    Replies
    1. J'ignorais qu'on avait la tête qui tournait sans bonnet ! C'est presque amusant comme effet :) Et pour dormir, je n'arrive pas à dormir sur le ventre, ça ne marchera pas pour moi :(

      Delete
  4. Super cet article ! Moi j'aime bien la neige et le froid, même si je suis frileuse. J'aime bien m'emmitoufler et empiler les couches ;-)
    C'est vraiment le manque de lumière qui joue sur mon moral. J'hésite aussi chaque année à acheter une lampe de luminothérapie mais je ne l'ai jamais fait... et je passe systématiquement par la case "cure de vitamine D" mais plutôt à la sortie de l'hiver (durant l'hiver, je ne sens aucune différence et à la sortie de l'hiver j'ai de telles carences que mon médecin m'y oblige!)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Tu devrais essayer la luminothérapie si tu as des problèmes de moral en hiver. Les lampes sont de moins en moins chères, il suffit d'en placer une en face de toi pendant ton petit déjeuner, quelques minutes par jour sont suffisantes. Et les résultats sont médicalement prouvés ! Les Finlandais ont même inventés "la luminothérapie par les oreilles", des sortes d'écouteurs qui diffusent de la lumière, il paraît que ça marche aussi !

      Delete
  5. Je pensais justement à toi hier en voiture dans la neige : tout un évènement en France, alors que chez toi ça fait partie de la vie, on s'adapte, et puis voilà. :-)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Ca fait partie de la vie mais les gens sont quand même très content (ou ralent) quand les premières neiges tombent :)

      Delete
  6. Très intéressant tout ça! Merci pour ce post!

    ReplyDelete
  7. Billet très complet dis donc :) moi qui suis frileuse, il faudrait que j'ai 36 couches pour sortir en Finlande. Quoique c'est déjà mon cas, en France! et je crème mes mains également :) J'étais allée en Norvège en janvier il y a quelques années et c'est vrai que, bien équipée, le froid est tout de même supportable :) merci pour ce billet et bonne soirée!

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci à toi pour ce commentaire :)

      Delete
  8. Je suis frileuse aussi et vivant dans les Alpes en altitude, j'ai presque les mêmes conditions hivernales que toi.
    Je plussois à tous tes petits conseils et surtout, je confirme que l'on peut avoir bien plus froid par des températures bien plus douces dans la théorie.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Il y a des centre météos qui distinguent la température réelle de la température ressentie, la différence peut parfois être très importante !

      Delete
  9. Cela ressemble au Québec tout ce que tu décris. Sauf qu'à Montréal, les immeubles sont vieux. Donc on repassera pour l'isolation. Tous les apparts n'ont pas de double vitrage... Heureusement que l'électricité ne coûte presque rien ici. Sinon, cela nous coûterait une fortune chaque hiver.
    En tant que grande frileuse, je survis aussi aux hivers québécois. Plusieurs couches de vêtements, un gros manteau et le tour est jouer. En fait, ce qui me gêne, ce n'est pas le froid mais la longueur de l'hiver...

    ReplyDelete
    Replies
    1. Parfois je me dis que ce serait une bonne chose d'augmenter un peu le prix de l'énergie là où elle est vraiment trop bon marché, ça permettrait que les gens se rendent compte qu'il s'agit d'une ressource qu'il ne faut pas gaspiller :( Et moi aussi, c'est la longueur de l'hiver qui m'embête le plus, à vrai dire ! On n'y peut rien, au bout de quelques mois on voudrait que ça s'arrête !

      Delete
  10. Mmmmhhhh.... Décidément, je préfère venir te voir en été! ;-)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Eh eh, je te l'avais dit :)

      Delete
    2. sauf les moustiques !

      Delete
  11. si on a la chance d'être dans un petit chalet équipé d'un sauna à bois, à côté d'un lac gelé avec l'eléctricité dans la maison et la voiture pas trop loin, plus les ski de fonds
    alors c'est le pied. Sauf s'il fait -40 ! Mais : équipement sports d'hiver pour hautes altitudes indispensable ! Amitiés.

    ReplyDelete
  12. Sympa l'article.

    "Personne ne se ballade en t-shirt en hiver"... Vrai, il y en a qui n'a même pas de t-shirt :
    http://yle.fi/uutiset/kuusisaaren_seniorilenkkeilija_ei_pakkasta_pelkaa/6457530

    ReplyDelete
  13. Je pense que ce qui me gênerait le plus si je vivais en Finlande, ce serait la peau sèche dont tu parles. Je souffre déjà chaque hiver ici en Belgique à me tartiner les les lèvres de Labello et compagnie. Je n'ose pas imaginer ! Enfin, je serais quand même tenter de découvrir ces magnifiques paysages durant un voyage par exemple :).

    ReplyDelete
  14. Article super intéressant ! Je pars en Finlande en Erasmus et je me demandais pour les vêtements si tu as des marques à recommander, ou pour les chaussures ?
    Parce qu'à part les vêtements de ski je vois pas trop en France ...

    Et pour les cosmétiques, plus cher qu'en France ? de jolies trouvailles ?

    ReplyDelete
    Replies
    1. Je n'ai pas vraiment de marques à recommander, je pense que l'important est de trouver ce qui te convient et éventuellement d'empiler les couches. Pour les vestes, Helly Hansen est assez connu et réputé, mais c'est assez cher aussi ; moi j'ai une veste Nike qui me tient bien chaud. En ce qui concerne les chaussures, je suis tombée sous le charme des Uggs, qui sont à la fois très chaudes et anti-dérapantes. Et pour les cosmétiques, oui c'est plus cher qu'en France, alors je commande souvent en ligne sur des sites qui livrent sans frais de port (feelunique, beautybay,...). La marque de cosmétiques locale c'est Lumene, abordable, mais leurs produits ne me semblent pas particulièrement innovatifs. Voilà :)

      Delete